Texte créé sur une proposition de Lestime.

Déclamé devant Livresse à Genève pendant une flash mob dans le cadre de la grève féministe.

 

Grève féministe 2020

Genève

Ah Genève...on a de la chance !

siège des droits de l'homme

(on devrait déjà sentir le problème)

Droit de l'homme suisse cis hétéro blanc riche valide et athlétique

Alors qu'en termes de droits humains

pour les personnes LGBTIQ

la Suisse se traîne derrière ses voisins

 

Nos cœurs battent

on se débat

pendant qu'ils débattent

au loin de nos droits

 

Débats sur le mariage stérile

d'un autre âge :

Est-ce que le mariage est utile

uniquement à la procréation ?

Les personnes qui ont ce genre de réactions

arriveraient à d'étranges conclusions

où l'on enlèverait le droit au mariage

à toute une partie supplémentaire

de la population

 

Un couple homo cis doit prouver qu'il mérite un enfant

de la fécondation à l'adoption,

parcours de combattant

 

Pas le droit à la PMA

aller à l'étranger,

des aller-retours pour un examen gynéco

être ultra dispo

en plus des conséquence sur le corps

et les coûts financiers

qui creusent l'inégalité

entre celleux qui ont les moyens

et celleux qui ne peuvent que rêver

 

Ensuite devoir adopter son propre enfant

alors qu'on a toujours été parent...

Amours LGBTIQ

c'est les catholiques

que ça panique

d'avoir une paire de mères

ou de père

criant au manque de repère

tout en priant Jésus

né d'une mère porteuse vierge

et d'un père au ciel et l'autre sur terre

propos homophobes insidieux

Ainsi  Dieu est utilisé dans plein d'argumentaires

 

Pourquoi pas nous prendre homo

aux mots

et toi hétéro, et tes rôles

et tes drôles d'idées

arrêter tes comparaisons bêtes

sur la vie prétendue naturelle des bêtes

 

Se préoccuper du bien de l'enfant

seulement pour crier

« un papa ! une maman ! »

« un papa ! une maman ! »

mais quand il faut se prononcer sur l'adoption

pour garantir une protection :

c'est non.

 

Dans le monde

il y a des personnes

 qui donnent

 de leur temps

pour refuser des droits

 aux autres

alors qu'iels n'ont rien à gagner

à part s'assurer qu'iels sont dans leur bons droits

qu'iels sont la norme

et qu'iels ont raison d'être qui ils sont

qu'iels sont le modèle sans se poser de question

et remettre en cause la société et ses fondations

 

Marre marre marre

mariage

J'ai pas envie de me marrer

j'ai pas envie de me marier

S'il vous plait acceptez le mariage pour tous les couples

pour que je puisse choisir

choisir de refuser

 

La violence elle n'est pas seulement dans les coups

elle est dans les silences

elle est dans l'absence

de droits, de justice, de reconnaissance,

dans l'impossibilité, dans les inégalités criantes,

dans l'absence de modèle, dans l'impossibilité de se vivre pleinement,

 dans les mensonges qu'on doit dire ici et maintenant,

les rôles qu'on doit jouer,

l'impossibilité de se projeter dans une société

 où l'on n'a pas de place,

dans les interstices, les marges

 se créer des espaces .

 

Être trans* ou non-binaire, et que trouver un travail soit une série de compromis

entre le bien-être et la survie.

Être Bi-e ou Pan et qu'on nous répète de choisir notre camp

ou que « c'est une phase »

...ah cette phrase !

 

Être homo et qu'on nous dise de ne pas en parler

d'un air entendu

avec un sourire tendu

que l'orientation sexuelle

est une affaire personnelle

et de ne pas en parler au boulot,

aux enfants, à la grand-maman,

à la radio

Mais surtout n'en fais pas une affaire

personnelle

et écouter les hétéros  mentionner 

leur relation, leur couple à tout bout de champs

parce que l'orientation sexuelle n'est personnelle

que quand

elle n'est pas hétéro

sinon elle est soutenu et célébrée

et les collèges vont se délecter

d'anecdotes sur leur maris, leur femmes, leur copines,

 leurs bébés.

 

Se donner la main en public

et que ce soit forcément politique

un risque mesuré

Pendant que des couples hétéro

se roulent des pelles dans les bistrots

 

La violence elle est aussi dans les voix intériorisées

 qui nous insultent infiltrées

 dans nos esprits,

dans les modèles incorporés depuis tout petit.

 

On veut une éducation sans préjugés

pendant que celleux qui s'insurgent qu'on ose parler

 à des enfants de transidentité, d'homosexualité

 disent qu'ils faudrait les préserver de ces questions

alors qu'il les nourrissent

 en permanence

d'image dans la rue, dans les livres, à la télévision

Un modèle cisgenre hétéro

bien comme il faut !

L'éducation n'est jamais neutre

en refusant de montrer certains modèles

on modèle l'imaginaire des enfants

on muselle leur possibilité

de se projeter dans qu'iels sont vraiment.

 

C'est pareil pour l'imaginaire raciste

et en tant que blanc

on peut plus faire semblant

 de se poser en norme neutre

sans que ça heurte

Et si aujourd'hui on doit crier

que la vie des noir-e-s compte

c'est aussi qu'en tant que blanc on doit rendre des comptes

se rendre compte

que le décompte des personnes noires tuées

ne cesse de croître

de croire que les femmes trans* racisées

sont assassinées

pendant qu'on regarde la série Pose à la télé.

 

Dans la nuit

un souffle d'homophobie

des bleus, du bruit

des silences des passants

dépassant sans s'arrêter

des insultes, des rires

un souffle de transphobie

un racisme à peine déguisé

réfléchir à comment s'habiller

réfléchir à quelles toilettes utiliser

cabinets binaire

se faire ramener à l'ordre genré

 

Ne pas pouvoir porter plainte

soit parce qu'on est légalement pas protégé.e.x

soit parce que notre plainte sera décrédibilisée

Alors

On se lève

on nous voit

on se soulève

on élève nos voix

Sur nos lèvres

le trop plein

l'ébullition

amorce de révolution

marée de y'en a marre

vague de révolte

 contre les rochers

d'un système qui s'effrite

 

La révolution

c'est pas quelque chose dans les livres d'histoire

dans les tableaux et l'histoire de l'art

elle commence dans nos corps

Mais elle impose de sortir de notre cadre

prendre le temps de saisir aussi

les vécus des autres hors

du tableau de nos propres idéaux

 

Nos champs de vision

nos champs de batailles

limités par nos propres préoccupations

Sortir de notre situation

bousculer nos conceptions

 

On a des entonnoirs à la place des yeux

on voit le monde à travers des prismes

de nos algorithmes de nos

réseaux sociaux qui donnent le rythme

 

Le mois de juin

c'est la pride

le mois des fiertés

ça n'a rien d'une grande fête pailletée

et on peut pas laisser de côté

le fait que tout a commencé

grâce à des personnes trans* et queer racisées

 que les droits pour les personnes LGBTIQ

ont commencé avec des briques

contre une répression policière

qui ne date pas d'hier

 

Aujourd'hui la mobilisation continue

on est toujours dans la rue

 et on se doit de sortir de notre seule position

de regarder les intersections

des discriminations

 

Ne parler que de grève des femmes

au lieu de grève féministe

c'est oublier que les personnes trans* et non-binaire existent

et ne me parlez pas de la solution du femme-astérisque !

 

Pendant que la révolution danse

il est crucial de ne pas reproduire des violences

au sein même des luttes et des actions

qui prônent l'inclusion

et lutter contre toute forme de discriminations

Déconstruire

apprendre ensemble

Ne pas perdre du temps

à juger sèchement que qqn a dit qqch de faux

pour se remonter l'égo

 

Et si on accepte de ne pas se gonfler

d'être un-e bon-ne allié-e

on peut aussi ne pas s'offusquer

quand on est ramené

à nos propos inappropriés

 

C'est pas une question de morale d'être une bonne

ou une mauvaise personne

mais d'accepter d'être bousculé-e

d'être gêné-e, de se tromper

seul-e et collectivement

de se regarder aussi soi-même

 comme partie du problème.

 

La révolte

prend naissance dans nos corps

Pulsation de révolution

les tempes usées

de migraines à répétition

le visage contracté

par le manque d'horizon

la rage au ventre

l'acidité de la détermination

 

Occupons l'espace publique

Décolonisons nos rues

déboulonnons les statues

changeons les plaques en métal

d'illustres figures racistes patriarcales

Si c'est gravé dans la pierre

jetons la pierre à la mer.

Réapprenons l'histoire suisse

prenons soin de nos archives militantes.

 

Et de notre révolte,

de notre colère,

de notre rage,

ouvrons nos horizons des possibles

construisons ensemble

des espaces pour désapprendre

nos imaginaires transphobes, homophobes,

 sexiste, capitaliste, validiste, racistes et coloniaux

soyons les failles

d'un système qui se brise !